Skip to main content

ANALYSE DES EAUX USÉES – UN PROJET PILOTE POUR DÉTECTER LA COVID-19 À CHISASIBI

28 juillet 2021
Summary

L’analyse des eaux usées est un système d’alerte précoce pour détecter la COVID-19 dans les communautés. Cette année, Chisasibi mène un projet pilote pour tester cette technologie à Eeyou Istchee.

Content

Saviez-vous que des traces du virus de la COVID-19 peuvent être retrouvées dans les eaux d’égout (aussi appelées les eaux usées)?

Si la COVID-19 est principalement une maladie respiratoire qui se propage par des gouttelettes, les personnes infectées par le coronavirus peuvent parfois excréter des traces inactives du virus dans leurs selles. Lorsqu’elles sont jetées dans les toilettes, elles vont dans les égouts et deviennent des eaux usées.

La COVID-19 ne se propage pas dans les eaux usées. Toutefois, l’analyse des eaux usées est devenue un outil utile pour les responsables de la santé publique dans de nombreuses régions pendant la pandémie, car cela les aide à détecter si le coronavirus circule dans leurs communautés.

Ce qui a permis de réagir plus tôt et plus rapidement aux foyers d’éclosion potentiels.

 

LE PROJET DE COLLABORATION UTILISE UNE TECHNOLOGIE INNOVANTE

À Eeyou Istchee, le Conseil cri de la santé analyse actuellement les eaux usées à Chisasibi dans le cadre d’un projet pilote lancé au printemps dernier. Comme d’autres méthodes de dépistage de la COVID-19 (écouvillon dans le nez ou gargarisme), le dépistage dans les eaux usées pourrait aider les responsables de la santé publique à mieux détecter la présence d’un virus dans une communauté.

 

Paul Meillon

« Je trouve que la surveillance des eaux usées est une approche intéressante, car nous utilisons une science et une technologie de pointe qui n’existaient pas il y a un an, a déclaré Paul Meillon, agent de planification, de programmation et de recherche en santé publique, qui a travaillé à l’élaboration du projet pilote d’analyse des eaux usées à Chisasibi.

Les techniques d’échantillonnage et de laboratoire que nous mettons en œuvre contribueront à protéger la population contre la COVID-19, et pourraient être utilisées pour d’autres agents pathogènes. De plus, ce projet renforce les capacités techniques au sein d’Eeyou Istchee. »

Un laboratoire de santé environnementale a été mis en place dans la lagune avec de l’équipement (notamment des échantillonneurs automatiques et des trousses d’échantillonnage) et le GNC a fourni une formation.

Le Conseil de santé a travaillé avec des partenaires locaux et régionaux, dont la Nation crie de Chisasibi, les opérateurs de l’usine de traitement des eaux usées, le Chisasibi Eeyou Resource and Research Institute (CERRI) et le Laboratoire national de microbiologie pour élaborer le projet.

Des projets similaires d’analyse des eaux usées existent déjà dans les Territoires du Nord-Ouest et dans plusieurs villes d’Amérique du Nord, et les résultats sont prometteurs.

 

COMMENT FONCTIONNE L’ANALYSE DES EAUX USÉES?

Des échantillons d’eaux usées sont prélevés dans le réseau d’égouts trois (3) fois par semaine, puis ils sont analysés pour détecter des traces du virus. Les résultats des analyses sont ensuite soigneusement examinés, en tenant compte du contexte de la communauté, afin de décider si des mesures supplémentaires sont nécessaires.

Par exemple, si des traces du virus sont trouvées dans des échantillons d’eaux usées, cela pourrait aider la santé publique à décider s’il est nécessaire d’effectuer davantage de tests de dépistage dans la communauté. Les tests de dépistage permettent de détecter les infections asymptomatiques, c’est-à-dire les personnes infectées par le coronavirus, mais qui se sentent bien, ou qui présentent des symptômes si légers qu’elles ne se sentent pas assez malades pour aller se faire tester.

Si des traces du virus sont trouvées dans des échantillons d’eaux usées, cela pourrait être un signe précoce du début d’une éclosion. Ce « système d’alerte précoce » peut contribuer à orienter les recommandations visant à réduire ou à renforcer les mesures de protection, comme le port plus strict de masques, la vaccination ou la réduction des rassemblements.

Le fait de savoir si le coronavirus est présent dans une communauté permet à l’équipe chargée des maladies infectieuses de réagir plus tôt afin de réduire la propagation potentielle de la maladie. Ce qui, au bout du compte, pourrait éviter que certaines personnes deviennent malades.

 

  • Image
    Man sitting holding vial in his hand
    Caption
    Les échantillons d’eaux usées sont traités au laboratoire de santé environnementale de Chisasibi.
    Credit
    Photo: Reggie Tomatuk
  • Image
    Testing wastewater samples for Covid-19
    Caption
    Des échantillons d’eaux usées sont prélevés trois (3) fois par semaine pour être analysés.
    Credit
    Photo: Reggie Tomatuk
  • Image
    Man fills out information about sample
    Caption
    Les échantillons d’eaux usées sont traités au laboratoire de santé environnementale de Chisasibi.
    Credit
    Photo: Reggie Tomatuk
  • Image
    Wastewater testing team in Chisasibi
    Caption
    Le projet pilote d’analyse des eaux usées à Chisasibi est une occasion de développer les compétences et les connaissances locales.
  • Image
    Lab workers working in the lab
    Caption
    Le laboratoire de sciences de l’environnement est situé dans la lagune de Chisasibi.
    Credit
    Photo: Reggie Tomatuk

POURQUOI L’ANALYSE DES EAUX USÉES EST-ELLE SI UTILE?

Le dépistage régulier de la COVID-19 dans les eaux usées est un moyen de savoir si le virus circule dans une communauté. C’est aussi une façon de s’assurer que le virus n’est pas présent dans une communauté. Dans tous les cas, l’analyse des eaux usées renforce la protection de la communauté contre la COVID-19.

Au fur et à mesure que le processus d’analyse des eaux usées est établi à Eeyou Istchee, il peut devenir une mesure de protection supplémentaire qui fonctionne avec les autres mesures en place (vaccination, port du masque et tests de dépistage individuels).

 

INAUGURATION

  • Image
    Ribbon-cutting ceremony at the Environmental Health laboratory in Chisasibi.
    Caption
    Une cérémonie d’inauguration a eu lieu au laboratoire de santé environnementale le mercredi 28 juillet 2021.
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Ribbon-cutting ceremony at the Environmental Health laboratory in Chisasibi.
    Caption
    Paula Napash, chef adjointe de Chisasibi (à droite), Bertie Wapachee, président du CCSSSBJ (au centre) et George Diamond (à gauche).
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Ribbon is cut with scissors
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Woman cuts ribbon
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Group standing in circle
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Woman standing in front of entrance
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Group in circle with heads bowed
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Woman with her back to the camera and 2 others in prayer
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Man addresses group of people
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar
  • Image
    Man holding vial of liquid
    Credit
    Photo: Gerardo Salazar

En savoir plus

Nos partenaires

Image
Grand Council of the Crees logo
Image
Santé et des Services sociaux logo
Image
Health Canada logo