Taille du texte

-A +A

Signature d'un accord de partenariat qui bénéficie les enfants et les jeunes Cris se trouvant dans le système de Protection de la jeunesse

03 novembre, 2016

Le 2 novembre, 2016, la Commission scolaire crie et le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James (CCSSSBJ) ont signé, à Montréal, un accord important de partenariat qui bénéficie aux enfants et aux jeunes Eeyou et Eenou qui se trouvent dans le système de Protection de la jeunesse. Cette entente prévoit un protocole d’engagement entre la Protection de la jeunesse et la Commission scolaire crie, afin de faciliter aux deux organisations leur collaboration au profit des jeunes.

À Eeyou Istchee, les enfants et les jeunes, qui ont besoin de protection, vivent dans leur milieu familial ou sont parfois placés temporairement dans une famille d’accueil, une maison de groupe (dans la communauté) ou dans le centre d’accueil de Mistissini (selon leur situation). Ils sont supervisés par le directeur de la Protection de la jeunesse du Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James, en étroite collaboration avec le Service de guérison des jeunes, qui offre des soins et un soutien culturellement adaptés à la guérison.

Les jeunes continuent de fréquenter l’école tout au long de ces transitions. Dans le passé, en raison du besoin de confidentialité nécessaire dans ces cas, la Commission scolaire crie et le Département de la Protection de la jeunesse étaient limités dans leur capacité de partager des renseignements et de discuter ensemble des besoins éducatifs de ces jeunes pris en charge.

L’entente signée, le 2 novembre 2016, par la présidente de la Commission scolaire crie, Kathleen Wootton, le directeur général du CSC, Abraham Jolly, la présidente du CCSSSBJ, Bella M. Petawabano et Daniel St-Amour, le directeur général par intérim du CCSSSBJ, fournit dorénavant un protocole légalement valide pour le partage de l’information entre les éducateurs et les travailleurs sociaux, ouvrant la porte à la collaboration sur des plans psychosociaux et éducatifs individualisés pour aider les parents ainsi que les jeunes à réussir. L’entente porte sur l’amélioration des services fournis par les deux organisations, elle comprend également des mécanismes planifiant des rencontres régulières des parties prenantes des deux entités signataires.

Les prochaines étapes impliqueront la réunion des parties prenantes deux fois par an et mettront en pratique cette nouvelle approche collaborative afin que les enfants et les jeunes ayant besoin de protection aient toutes les chances de leur côté pour réussir dans leur éducation.