Taille du texte

-A +A

Le processus de planification pour le rassemblement Nishiiyuu des gardiens du savoir et de la sagesse débute à Chisasibi

Nistuupitau Amousjinimikw Dabeeyouitimuun

20 juin, 2019
Photo: T. Philiptchenko

Les 3 et 4 juin derniers à Chisasibi, l’équipe Nishiiyuu a animé deux jours de partage, de réflexion et de cérémonie pour amorcer la planification d’une assemblée régionale qui sera tenue en 2020 sur l’intégration de nos méthodes de guérison Eeyou/Eenou aux services du Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James (CCSSSBJ), de concert avec les services cliniques suivant le modèle médical occidental.

La réunion de planification et de conceptualisation comprenait des cérémonies et enseignements spirituels tels l’offrande de tabac, le calumet sacré, la cérémonie du tambour, la suerie ainsi que les rites de passage des premiers pas et de la première lune. La première lune célèbre le passage de la vie de jeune fille à celle de femme. Dans l’esprit des traditions d’éveil, une partie de la réunion s’est déroulée dans un shaptuan; les femmes portaient des jupes à rubans et des mets traditionnels ont été servis.

Nishiiyuu est l’équipe au sein du CCSSSBJ qui chapeaute l’intégration de la culture Eeyou/Eenou à même les services. L’équipe a pour mandat d’organiser le rassemblement des gardiens du savoir et de la sagesse, « Nistuupitau Amousjinimikw Dabeeyouitimuun », qui sera tenu en avril 2020. Il s’agira de la troisième assemblée régionale sur la santé et les services sociaux tenue par le CCSSSBJ au cours des dernières années. Les assemblées précédentes organisées en 2016 et en 2018 ont aidé le Conseil cri de la santé à établir son orientation stratégique actuelle ainsi que son approche de travail avec ses partenaires. Le CCSSSBJ a pour objectif de consacrer son assemblée régionale bisannuelle à des activités de guérison traditionnelles afin d’accélérer l’accomplissement d’un des aspects clés de sa mission depuis sa fondation en 1978 : offrir des services sociaux et de santé qui tiennent compte du savoir, de la culture, de la langue et des valeurs Eeyou/Eenou.

Des membres du Conseil des aînés de Nishiiyuu et du Conseil régional des aînés de Chisasibi étaient présents pendant la séance de planification, en compagnie de membres de la haute direction du CCSSSBJ, notamment la présidente, Bella M. Petawabano et le directeur général, Daniel St-Amour. Diane Reid, ancienne présidente, ainsi que Matthew Mukash, ancien grand chef, comptaient aussi parmi les invités. Les discussions se sont fondées sur des travaux déjà réalisés à cet égard, notamment l’intégration d’apprentissages Eeyou/Eenou au sein des services de sages-femmes, la recherche sur les plantes bénéfiques et l’utilisation de programmes axés sur la terre pour traiter les traumatismes et les dépendances.

Impatiente d’entamer les prochaines étapes, l’équipe Nishiiyuu prévoit faire une tournée au sein des communautés pour obtenir de la rétroaction à l’échelle locale sur l’orientation qu’elle entreprend. Une revue de la documentation est en cours, et le groupe se tourne vers le reste du Canada et du monde pour trouver des exemples d’intégration réussie de guérison autochtone au sein des services des systèmes de santé. L’équipe Nishiiyuu compte participer à l’assemblée régionale au printemps 2020 avec une vision claire des approches qui fonctionnent. Le rassemblement des gardiens de la connaissance et du savoir sera également l’occasion de poursuivre les travaux en cours de l’équipe Nishiiyuu consistant à documenter les connaissances des aînés relativement à la médecine et aux méthodes de guérison Eeyou/Eenou en voie de disparition rapide, y compris leur lien aux traditions spirituelles longtemps réprimées.

Les participants ont eu l’honneur d’accueillir Arvol Looking Horse, chef spirituel de renommée mondiale des Lakotas, Dakotas et Nakotas, gardien de 19e génération du ballot du calumet sacré du petit bison blanc, ainsi que son épouse Paula, chanteuse et artiste dakota. Le couple s’est déplacé à Chisasibi pour prendre part au rassemblement de deux jours. Arvol et Paula ont discuté de la réappropriation des cérémonies, de l’histoire et des visions autochtones. Ils ont aussi fait part d’enseignements spirituels de leurs peuples ainsi que de connaissances découlant de toute une vie d’engagement au sein de mouvements de justice amérindienne et environnementale.

Mel Chartrand du centre de guérison d’Eyaa-Keen [8] en Saskatchewan a fait part de l’expérience réussie du centre axé sur les pratiques de guérison traditionnelles qu’il a cofondé avec son épouse Shirley.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le rassemblement des gardiens du savoir et de la sagesse, veuillez communiquer avec Grace Ortepi, au 819-855-2744.

Photo : T. Philiptchenko.