Taille du texte

-A +A

Effets potentiels d’une exploitation uranifère sur la santé physique et psychosociale des communautés d’Eeyou Istchee

ᔪᕃ ᓂ ᔭᒻ

11 novembre, 2014
Photo: Joshua Loon (taken near Mistissini, Quebec)

Le Service de santé publique régionale du Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James (CCSSSBJ), dans le cadre de la troisième phase de la commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) au sujet de l’uranium, a présenté une mémoire intitulée Effets potentiels d’une exploitation uranifère sur la santé physique et psychosociale des communautés d’Eeyou Istchee.

La mémoire conclut que le Service de santé publique de la CCSSSBJ craint qu’une exploitation d’uranium sur le territoire d’Eeyou Istchee n’alourdisse le fardeau déjà important des problèmes de santé physique et sociale qui sévissent dans ses communautés. Il reconnaît également la décision sans équivoque du gouvernement de la nation crie dans son moratoire : « Eeyou / Nation crie de la Baie James / Moratoire permanent sur l’uranium dans Eeyou Istchee » (Résolution 2014-15, Voir Communiqué du 3 septembre, 2014).

Les sujets examinés dans la mémoire :

  • PRÉSENTATION DU SERVICE DE SANTÉ PUBLIQUE RÉGIONAL DU CONSEIL CRI DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LA BAIE JAMES (CCSSSBJ)
  • SANTÉ DES CRIS DE LA BAIE JAMES : UN PORTRAIT
  • PROBLÈMES DE SANTÉ ASSOCIÉS À LA PRÉSENCE D’URANIUM NATUREL DANS LE SOL ET LE SOUS-SOL ROCHEUX
  • CONSÉQUENCES D’UNE EXPLOITATION URANIFÈRE SUR LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS
  • Conséquences sur la santé physique
  • Conséquences sur la santé psychologique et sociale
  • PROBLÈMES DE SANTÉ DES TRAVAILLEURS DES MINES D’URANIUM
  • CONSÉQUENCES POSSIBLES D’UNE EXPLOITATION URANIFÈRE SUR L’ENVIRONNEMENT : Contaminants dans l’air, l’eau et le sol à proximité des mines d’uranium, Les contaminants et la faune,Gestion des stériles et des résidus, Situations d’urgence et changement climatique

Extrait de la conclusion :

La Direction Régionale de Santé Publique du CCSSSBJ craint que l’exploitation uranifère sur le territoire cri n’aggrave les importants problèmes de santé physique et sociale qui prévalent déjà dans les communautés de cette région.

Même si les mines d’uranium actuellement en exploitation au Canada appliquent d’importantes mesures de protection de l’environnement, il n’en reste pas moins que les résidus laissés sur les sites des mines fermées obligent à une surveillance et à un entretien constants et pour une période de temps indéfini, et que ces derniers présentent un risque possible de contaminer l’environnement.

La Direction Régionale de Santé Publique reconnaît la décision sans équivoque du gouvernement de la nation crie dans son moratoire « Eeyou / Nation crie de la Baie James / Moratoire permanent sur l’uranium dans Eeyou Istchee » (Résolution 2014-15). Voir en annexe. La Direction Régionale de Santé Publique du CCSSSBJ soutient le droit de la nation crie de prendre de telles décisions relevant de leur juridiction.

La Direction Régionale de Santé Publique du CCSSSBJ recommande que le BAPE tienne compte des préoccupations des populations cries en matière d’exploitation uranifère sur leur territoire ancestral :

  • la santé humaine est intimement liée à la santé de l’environnement – l’eau, l’air, le sol, la flore et la faune;
  • les peuples autochtones se considèrent comme les gardiens et protecteurs de ce territoire, et souhaitent conserver un environnement sécuritaire et sain pour les générations à venir;
  • le peuple cri ne veut pas que de l’uranium soit extrait de ses terres traditionnelles si cet élément peut causer la maladie et la mort (par les armes qu’il aura servi à fabriquer ou lors d’accidents nucléaires), peu importe où sur la planète.

Lire la mémoire au complèt.

Also available in English.